Chargement ...

Mot du père Archévêque

Mot du père Archévêque - Archidiocèse d'Antsiranana

 OLO ARAIKY PAR LA GRÂCE ET PAR LA TECHNIQUE

 

L’éternel rêve de l’humanité depuis la « construction de la tour de Babel » (cf. Gn 11, 7-9) est que tout soit « un ». Grâce à la technologie moderne, aux différentes découvertes, le monde est devenu aujourd’hui un « gros village ». On parle beaucoup de globalisation… Malheureusement malgré ces innovations qui dépassent même les entendements, comme pour du temps de la construction de la tour de Babel, la « globalisation » réalisée selon l’esprit du monde, animée souvent d’égoïsme et d’une volonté de domination n’engendre que guerre et violence. Le rêve semble être loin !!!

C’est le jour de Pentecôte que les responsables ont choisi de lancer le début du site dont l’objectif d’après son nom Olo Araiky est de nous unir comme une seule famille, la famille de Dieu dont le modèle, l’origine, le fondement est la Trinité.
Il coïncide donc avec la célébration de la « naissance » de l’Eglise, Famille de Dieu, par la venue de l’Esprit Saint.
En Dieu il n’y a rien de hasard, tout collabore pour le bien de ceux qu’il a appelés selon son dessein (Rm 8, 28).
La naissance de ce site le jour de Pentecôte est très symbolique : que nous soyons « OLO ARAIKY » grâce à la technologie accompagnée par la grâce de Dieu

L’évènement qui a eu lieu à Jérusalem, « ville de la paix, ville de communion » raconté dans les Actes des Apôtres est très édifiant et nous pousse à méditer ce que nous sommes en train de vivre à travers le monde. Je n’ai pas pu alors m’empêcher de « rêver ». « My dream », mon rêve ? Voici je le partage à l’occasion de l’ouverture du site Olo Araiky.

 

Ces nations (Parthes, Mèdes et Elamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d'Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d'Egypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, Romains en résidence, tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, …") dont parle l’Auteur des Actes (Ac2, 1-11) seraient alors les tribus qui forment le diocèse et auraient entendu et publié dans leur « langue » les merveilles de Dieu !!!!!. Son pauvre pasteur constatera ce jour-là comme Pierre: «Or, à peine avais-je commencé à parler que l'Esprit Saint tomba sur eux, tout comme sur nous au début…… Je me suis alors rappelé cette parole du Seigneur: Jean, disait-il, a baptisé avec de l'eau, mais vous, vous serez baptisés dans l'Esprit Saint…. Si donc Dieu leur a accordé le même don qu'à nous, pour avoir cru au Seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour faire obstacle à Dieu." Ces paroles les apaisèrent, et ils glorifièrent Dieu en disant: "Ainsi donc aux païens aussi Dieu a donné la repentance qui conduit à la vie!" (Ac 11, 16-18). Dans mon rêve j’ai vu alors que tous proclamaient d’une seule voix, dans leur idiome respectif, dans leur «fomba » (us et coutume) sur lesquels ils tenaient fortement les « merveilles de Dieu ». C’est « féérique », c’est merveilleux de voir la foi faire épanouir les admirables valeurs du génie culturel de chaque ethnie, et l’Evangile bien enraciné dans leur us et coutume respectifs. C’est cela le « don merveilleux » que le Seigneur accorde à chaque personne par l’Esprit Saint : pouvoir le louer dans sa propre « langue » (vie), proclamer que « Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Ph 2, 11). C’est cela notre « Pentecôte », elle se réalise quand il n’y a plus de séparation entre la foi et la vie. C’est ce que Christi fidelis laici appelle « unité de vie : « Afin qu'ils puissent répondre à leur vocation, les fidèles laïcs doivent donc considérer leur vie quotidienne comme une occasion d'union à Dieu et d'accomplissement de sa volonté, comme aussi de service envers les autres hommes, en les portant jusqu'à la communion avec Dieu dans le Christ"(Christi fidelis laici, 16). Ce que je souhaite pour nous en ce jour où nous célébrons la Pentecôte.

Mais voilà je me suis réveillé tout d’un coup…..et j’ai vu que le monde n’a pas changé… et le vent contraire souffle toujours très fortement. La promesse du Christ (« je serai toujours avec vous jusqu’à la fin du monde », Mt 28, 20) semble alors être loin de la réalité… Mais en même temps, je me rappelle profondément qu’après la multiplication des pains, le Seigneur s’est retiré sur la montagne et les disciples restaient « seuls » sur la barque. Ils s’étaient sentis bien menacés et ils ont eu peur. Le Seigneur venait alors vers eux et calma la « tempête »…je suis fortement convaincu aussi qu’Il vient vers nous chaque jour, à chaque seconde pour calmer le vent contraire et nous mener à « bon port ». Ce qu’Il nous demande c’est d’être « vigilants »c’est-à-dire nous ouvrir à l’Esprit, ne pas rester regarder le « ciel » (à rêver) mais à aller en « Galilée », à travailler comme un pèlerin d’un monde nouveau, réconcilié avec son Créateur, en marche vers la joie éternelle.

 

Viens Esprit Saint, remplis le cœur de tes fidèles et allume en eux le feu de ton amour Que la flamme et la force de ta charité (Rm 5, 5) nous portent à lutter contre l’injustice et l’inégalité.

 

Justement le rôle de l’Esprit est de faire naître la communion pour qu’on devienne un « Olo Araiky », qu’on soit « UN » selon la prière du Christ avant de quitter les disciples. Si nous laissons travailler en nous l’Esprit même au sein de notre petite communauté, il nous transformera et nos relations deviendront comme pour le jour de Pentecôte un lieu de communion et non de division : « chacun reste soi-même… mais chacun entend parler dans sa langue et se sent écouté… bref chacun se sent compris sans qu’il y ait des « traductions simultanées ». En d’autres termes, l’Esprit donne vie à une communauté qui est à la fois une et universelle, dépassant ainsi la malédiction de Babel. En effet, seul l'Esprit Saint, qui crée l'unité dans l'amour et dans l'acceptation réciproque des différences, peut libérer l'humanité de la tentation permanente d'une volonté de puissance terrestre qui veut tout dominer et uniformiser.

 

Enfin il est intéressant de remarquer relisant les Actes des Apôtres que malgré les évènements qui semblent être extraordinaires, les disciples présents à Jérusalem ce jour-là n’étaient pas des « surhommes », des « supermen ».Rien n’a changé en eux sauf qu’ils sont animés d’une foi qui les pousse à annoncer la Bonne Nouvelle. Cela manifeste que le Saint Esprit n’est pas une force extérieure (phénomène de possession : tromba par exemple) qui envahissait les Apôtres. Si c’était le cas ce jour-là sûrement on les considérerait comme des « possédés ». Non personne n’a constaté des choses « anormales », ceux qui étaient présents étaient seulement « perplexes » et pour se moquer des apôtres, ils pensaient qu’ils avaient bu un peu de vin doux (cf. Ac 2).

 

Toutefois ce qui est sûr, c’est que tout a changé pour eux avec la venue de l’Esprit. Grâce à ce dernier les apôtres ont une force morale considérable pour témoigner ce qu’ils sont, « fils de Dieu » et appellent les autres à devenir « fils de Dieu » comme eux. Ils se sentent vraiment transformés intérieurement, une « nouvelle créature » en vue d’une mission.  D’ailleurs c’est toujours le rôle et la fonction de l’Esprit dès l’origine, d’après le livre de la Genèse…

 

Pour accomplir cette mission, l’Esprit accorde des dons particuliers…pour la communion (Cf. St Paul aux Corinthiens).

 

Mon souhait le plus cher est que le site Olo Araiky accomplisse cette mission en ce début du 21ème siècle non seulement dans cette partie nord de l’île mais grâce à la technologie moderne mais aussi à travers le monde : un lieu de dialogue, de débats, de prières pour une véritable communion.

 

Qu’OLO ARAIKY  soit, sous le souffle de l’Esprit Saint, un vrai outil de connexion pour le « vivre ensemble », où on se sent vraiment « chez soi », en « famille », la « famille de Dieu »

 

Que notre prière en communion avec la Sainte Vierge, comme au Cénacle, soit toujours fervente pour implorer l’Esprit qui renouvelera notre cœur et qu’ensemble nous formions un vrai Olo Araiky our être témoins de la joie de l’Evangile . Que Olo Araiky soit avec la force de l’Esprit un centre, un lieu où toutes les personnes confrontées à de multiples difficultés et déceptions puissent approfondir foi, espérance et charité. Bonne et sainte fête du Saint Sacrement. Bonne et Sainte fête du Sacré Cœur, Patron du diocèse. Bonne et sainte fête du Cœur Immaculé de Marie. Bonne fête à vous Sœurs CIM.

 

Votre serviteur le Père Evêque
+ Ramaroson Marc Benjamin, cm
Antsiranana, le 24 Mai 2015
Solennité de la Pentecôte

 

"Loué sois-tu" - Encyclique du Pape sur la sauvegarde de la création et écologie

"Loué sois-tu" - Encyclique du Pape sur la sauvegarde de la création et écologie - Archidiocèse d'Antsiranana

L’encyclique sur "l’écologie intégrale" du Pape s’adresse à tous les hommes pour répondre aux défis d’aujourd’hui sur la préservation de l'environnement.

 

Le Pape François publie son encyclique très attendue sur le thème de l’écologie. Ce texte s’intitule « Laudato Si » ou « Loué sois-tu » en français et porte en sous titre « Pour la sauvegarde de la maison commune ».

Lors de l’audience générale du mercredi 17 juin 2015, le pape François a demandé que son encyclique soit reçue avec « un coeur ouvert », par les chrétiens, mais aussi par tous les hommes car nous sommes tous concernés par cette grave crise écologique et sociale actuelle. Ainsi, le Pape invite les chrétiens à une démarche de conversion pour placer Dieu au centre de leurs vies.

 

Ce qui se passe dans notre maison

La terre, maison commune de l'humanité, se dégrade, du fait d'un changement des modes de vie, rapide et mal maîtrisé par l'homme. Il s'agit maintenant de prendre conscience de cette situation, « d'oser transformer en souffrance personnelle ce qui se passe dans le monde, et ainsi reconnaître la contribution que chacun peut y apporter » (19). La terre se dégrade du fait de la pollution, de la culture du déchet, des changements climatiques provoqués par l'action humaine, de la perte de la biodiversité. La qualité de vie des hommes est soumise à la dégradation sociale et éthique qui affecte en premier les plus pauvres. Soumise à la « joyeuse irresponsabilité » (59) des hommes, notre maison se détériore. Pourtant elle est nôtre, non seulement parce que nous l'habitons en commun, mais aussi parce que nous l'avons reçue de notre Père, créateur de tout l'univers.

 

Une triple rupture

Le récit biblique de la création nous enseigne que Dieu a créé par amour un monde bon. A la tête de la création, il a placé l'homme, créé à sa ressemblance, pour « cultiver et gérer le jardin du monde » (67). La terre appartient à Dieu, l'homme en est responsable. Cependant, si l'existence humaine repose sur trois relations : avec Dieu, avec l'homme, avec la terre, ces trois relations vitales ont été rompues. Cette rupture est le péché. Loin du modèle de l'harmonie prêché par Saint François, le péché « se manifeste avec toute sa force de destruction dans les guerres, sous diverses formes de violence et de maltraitance, dans l'abandon des plus fragiles, dans les agressions contre la nature » (66). 

 

« Tout est lié »

L'interdépendance des créatures est voulue par Dieu et en leur sein, la place de l'homme se caractérise par sa responsabilité vis à vis de la nature, inséparable « de la fraternité et de la justice ainsi que de la fidélité aux autres » (70). Et, puisque « tout est lié », cette préoccupation s'étend à l'amour sincère envers les êtres humains, à un engagement constant pour les problèmes de la société (91), au rejet de la notion d'autonomie de l'homme (117), à la protection de l'embryon ou de l'enfant à naître (120). Il convient de viser une « écologie intégrale » (137), qui doit être sociale et institutionnelle (142), culturelle (143) et s'insérant dans la vie quotidienne (147 & ss.).

L'écologie humaine implique la relation de la vie de l’être humain avec la loi morale inscrite dans sa propre nature. Cela conduit à rejeter l'attitude prétendant effacer la différence sexuelle (155).  Elle est inséparable de la notion de bien commun qui présuppose le respect de la personne humaine et exige le bien être social. Elle requiert la paix sociale, l'appel à la solidarité et l'option préférentielle pour les pauvres (157-158). La solidarité s'applique aussi aux générations futures.

 

Rejeter la conception magique

Fort de la conviction que les problèmes ne se résoudront pas magiquement par accroissement des bénéfices des entreprises et des individus (190), le Pape François propose des pistes d'action politiques, devant prendre la forme d'un consensus mondial pour que la politique et l'économie se mettent résolument au service de la vie (189). Il ne s'agit pas de conserver un juste milieu, mais de redéfinir le progrès pour qu'il vise un monde meilleur et une qualité de vie supérieure (194).

 

Un appel à la conversion

Le Pape invite les chrétiens à une conversion intérieure, « conversion écologique qui implique de laisser jaillir toutes les conséquences de leur rencontre avec Jésus-Christ sur les relations avec le monde qui les entoure » (217). Une méditation sur les sacrements et en particulier l'Eucharistie, « dans laquelle la création trouve sa plus grande élévation » (236) doit les inviter à être gardiens de toute la création.

 

En attendant les fins dernières

En attendant le sabbat de l'éternité, « nous nous unissons pour prendre en charge cette maison qui nous a été confiée, en sachant que tout ce qui est bon en elle sera assumé dans la fête céleste » (244). Loué soit le Seigneur.

 

Retrouver ici  l'intégralité de l'encyclique

DIOCÈSE / ÉVÉNEMENTS

 

L'évêque

 

FAMPIANARANA EVEKA - CATÉCHÈSE

 

Agenda et infos diverses

 

FANDALINAM-PINOANA / TORITENY

 

Media / Vidéo du diocèse

 

OLO ARAIKY

 
Archidiocèse d'Antsiranana

VAVAKA FANOLORAN-TENA amin'i FO MASIN'I JESOA mpiaro ny diosezin'Antsiranana

Archidiocèse d'Antsiranana

VAVAKA FAMINDRAMPO Anisan'ireo fototra dimy hiainana ny taona masina famindrampo ato amin'ny diosezy ny vavaka atao miaraka amin'i Papa François

Archidiocèse d'Antsiranana

Soutien des activités apostoliques et charitables du diocèse

Association humanitaire AKAMASOA

Association humanitaire AKAMASOA - Archidiocèse d'Antsiranana

Père Pedro fait partie des individus exceptionnels dont la vision, les réalisations et les bonnes œuvres, incarnent l’essence de Saint-Vincent de Paul (Apôtre et témoin de la charité du Christ auprès des pauvres). Actuellement 25 000 personnes vivent dans les villages d’AKAMASOA (Antananarivo) et sont à la charge directe de cette association de laquelle le père Pedro est fondateur en 1989. Avec toute son équipe, il mène un combat sans relâche et sans fin depuis 26 ans... Faire connaître son site internet est une manière de participer à son combat qui est aussi le nôtre, nous sommes Oloaraiky

Communiqué de la conférence épiscopale malgache

Soyez miséricordieux comme le père !
Archidiocèse d'Antsiranana

HAFATRA HO ANAREO TANORA KATOLIKA ETO AM-PAMARANANA IZAO JMJ-MADA 8 NATAO TETO FIANARANTSOA NY 15-20 SEPTAMBRA 2015.

Archidiocèse d'Antsiranana

Lucien Botovasoa, proclamé MARTYR de la foi et de la charité, mérite d'être connu. Chrétien convaincu, mis à mort pour avoir gardé sa foi

EXCLUSIF : LETTRE OUVERTE DE MGR BENJAMIN

Chaque région doit profiter de ses richesses ..

"Loué sois-tu" ENCYCLIQUE DU PAPE

sur la sauvegarde de la création et écologique